Page:Nerciat - Contes saugrenus, 1799.djvu/80

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Mlle. de Franchemotte. Je suis comme l’Abbé, de l’avis de Perpignan, (elle se hâte de se mettre nüe.) Tout le monde l’imite… chacun ensuite fait un tour de bidet.

Le Chevalier se jette sur le dos, couché tout du long du meuble ; il attire aussitôt à lui Mde. de Prudejoye l’arrangeant de manière que tournant le dos à la cheminée, elle forme de ses cuisses, étant à genoux, un chevron par dessus la figure du jeune homme. Ce commencement de grouppe indique à Mlle. de Franchemotte de se poster de même que sa camarade, en sens contraire ; de cette façon, c’est pour Mlle. de Franchemotte que jouera la grande marionette, pour se servir de l’expression décente de Mde. la Trésorière… Ces Dames ont bientôt fait de tirer parti de leur avantageuse position ; elles ont la bonté de donner au Chevalier, tout ce qu’il faut qu’il ait de facilité pour le double ouvrage qu’on lui voit faire. Il a d’abord été commode, aux deux amusées de s’entr’appuyer mutuellement… les approches du plaisir les ont empassionnées momentanément l’une pour l’autre ; on les voit se baiser avec feu… La présidente en attitude de comtempler, et n’ayant d’abord pas d’autre envie, ne laisse pas de se sentir émoustillée à la vüe de ce qui se passe tout près de ses yeux : elle s’apperçoit aussi que l’Abbé commence à donner des signes de vie fort intéressants…

l’Abbé. Qu’en pensés vous, Présidente ?

La Présidente. Mais, consultés vous, si le cœur vous en disait… pourquoi non !…

l’Abbé. (Passant où il faut.) Cependant, si cela pouvait vous importuner ?… je serais au désespoir…

La Présidente. Vous êtes absolument le maitre…

l’Abbé. (ne frappant point à la porte ordinaire.) Même d’entrer là ?

La Présidente, (sans bouger) Vous êtes insupportable !