Page:Nerciat - Les Aphrodites, 1864.djvu/193

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
11
ELLE A BIEN FAIT.


une jolie femme, on me députe une Vénus ! Je suis Mars, Vénus est foutue !

Célestine. — Le compliment n’est pas neuf, mais il est court, et le débit a de l’énergie.

Madame Durut. — Vénus est bonne ! Il faut savoir justifier une comparaison : “ Tu m’as l’air d’un luron ! lui dis-je en riant. — Je m’en pique ! „ Et en même temps, lui, de recommencer à jouer du croupion ; moi, polie, je ne laisserai pas un galant homme avoir toute la peine : j’en détache donc à mon tour. Dame ! il fallait voir comme nous nous portions des bottes de longueur ! Ce n’est pas pour rire quand un vit de neuf à dix pouces recule jusqu’à deux doigts de son museau pour se rengouffrer tout de suite jusqu’au poil avec majesté. Sacrebleu ! le foutre moussait de chaque côté comme une savonnade[1] !… Voyons ce que cela deviendra. Bast ! c’est tout comme si l’on ne faisait que de commencer. Il m’en flanque encore une dose, et

  1. Il fallait priver le lecteur de cette scène ou défigurer madame Durut. On n’a pu s’y résoudre. Il faut aimer ses amis avec leurs défauts. À trente-six ans, la jureuse Durut n’est plus corrigible.