Page:Nietzsche - Considérations Inactuelles, II.djvu/243

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Sommaire

6.

Wagner est une nature de législateur : il néglige beaucoup de relations et ne s’empêtre pas dans les petites choses ; il coordonne tout en grand et ne peut être jugé par les détails pris isolément : la Musique, le Drame, la Poésie, l’État, l’Art, etc.

La musique ne vaut pas grand’chose, la poésie non plus, le drame non plus, l’art théâtral n’est souvent que de la rhétorique — mais tout cela, quand on voit grand, à son unité et se trouve au même niveau.

7.

Le génie de Wagner est une forêt qui se développe ; on ne saurait le comparer à un arbre.

8.

La sérénité de Wagner est pareille au sentiment de sécurité qu’éprouve celui qui sort des plus grands dangers, des excès les plus graves, pour rentrer dans ce qui est limité et intime ; tous les hommes avec qui il est en relations apparaissent comme des périodes déterminées de sa propre carrière (du moins ne comptent-ils pas autrement pour lui), c’est pourquoi il peut maintenant être gai et supérieur, car il peut se jouer de toutes les difficultés, de toutes les objections.

9.

L’une des qualités de Wagner, c’est qu’il ne connaît ni frein ni mesure, il monte jusqu’au dernier degré de sa force, de son sentiment.

L’autre qualité, c’est son suprême don de comédien, transposé dans un autre domaine et qui abandonne la voie la plus proche pour prendre possession d’un terrain nouveau. Pour se