Page:Noël - Fin de vie (notes et souvenirs).djvu/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ce beau pays, de toutes ces choses pour elles si pleines de nouveauté !

En revenant, elles avaient fait d’énormes bouquets de fleurs champêtres. Lambert en avait enguirlandé nos voitures et nous étions là-dessous superbes. Les cochers eux-mêmes, bien régalés à Duclair, furent charmants de prévenances et de bons soins.

M. Vallery-Radot m’envoie le premier volume des œuvres complètes d’Hégésippe Moreau, en tête desquelles une longue et très intéressante biographie du poète avec de nombreux fragments de sa correspondance.

Les détails navrants sur la vie et la mort (à vingt-huit ans) de ce malheureux garçon me rappellent une conversation de Mlle Bosquet, dînant avec nous au Boisguillaume, il y a une quinzaine d’années, et nous racontant les misères des gens de lettres.

La correspondance de Moreau contient le récit très ému du premier début au théâtre de Henri Monnier, en 1832, dans la Famille improvisée. Encore un qui, pour l’avoir traversée, connut cette vie de bohême des artistes et gens de lettres, vie peinte beaucoup trop en beau, paraît-il, par Mürger.

Henri Monnier, plus heureusement que Moreau et que beaucoup d’autres, s’en tira, grâce à son facile