Page:Noailles - Les Éblouissements, 1907.djvu/155

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

LA NOSTALGIE


Vous êtes maintenant le meilleur de ma vie,
Ô mes jours qui passez ;
Vous êtes ma jeunesse et ma chère folie,
Vous êtes si pressés !

Lorsque je vais, jouant entre toutes les choses,
Chaque moment me dit :
« Voici que je te laisse un peu moins de ta rose
Et de ton paradis. »

Ah que déjà s’effeuille entre mes deux mains ivres
Le rosier rose et blanc !
Que déjà midi soit proche ! – Pouvoir revivre
Ses premiers jours si lents.

– Avoir quinze ans, rêver dans l’herbe haute et chaude
Où le soleil s’ébat,
Sans se lever pour voir si le bel Amour rôde,
Si l’on entend ses pas.