Page:Noailles - Les Éblouissements, 1907.djvu/176

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
171
LA NAISSANCE DU JOUR


Je vais, serrant sur moi ta flamme retrouvée,
Petite, je me sens un aigle dans les cieux.
Ah ! qu’on est près du temps, de l’espace, des dieux,
Quand on marche en dansant et la tête levée...