Page:Noailles - Les Éblouissements, 1907.djvu/20

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
15
DANSEUSE PERSANE


Tu dis, danseuse sanglotante,
Mêlant les pleurs à ton appel,
Que voici l’heure haletante
Où bout le sang universel !

Voix joyeuse et désespérée,
Ah que veux-tu donc obtenir
Par ton angoisse humble et sacrée,
Qui semble gémir ou hennir ?

Tu chantes la vie, et la vie !
Mais, ô soif de l’immensité,
Je sais que ta suprême envie
Est de mourir de volupté…