Page:Noailles - Les Éblouissements, 1907.djvu/357

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
352
APAISEMENT


Et la mort peut venir sans qu’on lutte contre elle,
On n’est qu’une humble fleur qui se brise à son tour,
Quand on a dépouillé la splendeur immortelle
Des tristes voluptés et du terrible amour…