Page:Normand - Aiol.djvu/393

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

.lx. Sarrasin le traitor apelent :
« E sire ! car laisiés le grant deul que vos faites :
« De vous feromes roi et signor de la terre :
« Une corone d’or en avrés sor vo teste,
10835« Si tenrés Panpelune et Tolete et Luiserne
« Et toute la contree que Mibriens governe. »
Et respondi Makaires : « Issi le devés faire. »
Il fait mander les mires en la sale plus bele,
Por resaner ses plaies, car enpiriés quide estre.
10840Li mire furent sage, des millor[s] de la tere,
En .iii. jors le respassent, mais ne dura puis gaires
La joie de Makaire, car la mort li apresse.

CCLXXXIV[1]

Makaires fu la sus en la sale perine.
Oiés de Floquipasse, com est preus et nobile :
10845Un consel en vait prendre entre lui et Propisse,
Car Dieus les aspira, li fiex sainte Marie.
Il croient bien en Dieu, ne l’oblierent mie :
Si orent .iiii. prestres de la tere saintisme.
Mirabel ont jeté de la cartre perine,
10850Et ont fait une croute desous terre vautie :
Illeuc le font garder par molt grant signorie,
Cascun jor peut oir et messes et matines :
N’a garde de Makaire, il nel trovera mie.
L’endemain al jor cler par son l’aube esclairie
10855S’adouberent les os de Franche le nobile :
De .xxiiii. pars ont la vile asaillie.
Li mineor sont sage qui desous terre mine[nt] :
Il esfondrent le mur et la dedens se missent,
Que plus de .xxx. toises tout ensamble cairent.
10860Franc(hois) et Venissien molt durement s’escrient :
« Baron, or del bien faire, el non sainte Marie ! »
Paien tornent en fuie, la bataille ont guerpie,
Jusc’a la maistre tor on[t] lor voie aquellie :
(b)Che lor vaut molt petit, que fort fu asaillie.
10865Makaire[s] li quivers, cui li cors Dieu maudie,

  1. — 10865 qui