Page:Normand - Aiol.djvu/78

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

N’en quel de ses chastieus il se puisse garir
Enfressi que al jor que vos poés oir
30Que il sa serour done a un conte gentil :
Il ot a non Elies, molt fu preus et ardis,
Ainc mieudre chevaliers nen ot auberc vesti(s) ;
Quant il ot espousee la seror Loeys,
Son droiturier signor par qui il ert cheris,
35Les traitors de France par armes acoilli
La ou il les pot prendre, ainc raençon n’en prist
Ne avoir ne loier onques n’en requelli :
Del prendre et de l’ochire estoit cascun[s] tous fis,
Et con plus ert haus hom, plus grant justice en fist ;
40Ainc n’espargna le grant nie[n]t plus que le petit.
Ançois que li ans fust passés ne acomplis,
Ot il si bien le roi aquité son pais
Que il n’avoit nul home qui guerre li fesist.
Loeys li fieus Karle mal gueredon l’en fist :
45Il li toli sa tere et chou qu’il dut tenir,
Et le cacha de Franche a paine et a essil
Par le conseil Makaire, que ja Dieus nen ait,
Un mavais losengier, un quiver de put lin.
Es landes de Bordele s’en est li dus fuis,
50Puis furent tel .vii. an(s) c’onques ne but de vin ;
Moysès, uns hermites, le porcacha et quist,
Par dalés sa capele .i. abitacle fist.
La dame estoit enchainte quant ors de France issi :
Quant vint en l’ermitage, si delivra d’un fil,
55Issi con Dieu[s] le vaut et lui vint a plaisir.
Onques nus plus biaus enfes de mere ne nasqui,
Sel leva li hermites et crestian en fist,
Bapteme li dona en son moustier petit,
N’avoit home ne feme ne vale[t] entor l(u)i
60U peust prendre non que donner li poist ;
Mais ore m’entendés comment il li avint.
Tant avoit savagine [en ic]el bois foilli,

    — 39 haut — 40 nesparenga — 60 non prendre que doner li peust