Page:Normand - Les Écrevisses, 1879.djvu/18

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

Normand - Les Écrevisses, 1879, illustration - 0006.png


VI


Nous avions un salon praline…
Je dis nous, car bien vous pensez
Que seul, j’eusse fait triste mine
Vis-à-vis de mes crustacés.
Une enfant blonde, aux cheveux lisses,
Daignait m’avoir pour cavalier…
Et partageait mes écrevisses
En cabinet particulier.