Page:Normand - Les Écrevisses, 1879.djvu/22

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

Normand - Les Écrevisses, 1879, illustration - 0010.png


X


Oh ! ces femmes étaient divines !
Des mains ! des dents !… un sans-façon !
Et des œillades assassines
À troubler tout Pont-à-Mousson !
J’aurais voulu que tu les visses,
Saint Antoine, sans sourciller…
Croquant leurs pattes d’écrevisses
En cabinet particulier !