Page:Normand - Pensées de toutes les couleurs, Calmann-Lévy.djvu/100

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


La vieillesse est une zone neutre entre la vie et la mort.

Arrivé à la vieillesse, l’homme porte la vie et n’est plus porté par elle.

N’est-ce pas effrayant de songer que, pendant toute une existence, le cœur bat et le cerveau pense sans s’arrêter jamais ?

Vivre très vieux et être très longtemps malade sont deux grands malheurs. Dans le