Page:Normand - Pensées de toutes les couleurs, Calmann-Lévy.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Propos de grand-père :

« Les petits-enfants, c’est les dernières poupées. »

On a dit de Paris : « C’est le Paradis pour les femmes et l’Enfer pour les chevaux. » Depuis l’automobile, c’est l’Enfer pour tout le monde.

Autrefois, être Parisien était une qualité aux yeux des étrangers ; aujourd’hui, être étranger en est une aux yeux des Parisiens.