Page:Notices sur les rues de Nantes 1906.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
Rue La Bourdonnais
Sixième arrondissement. Paroisse de Sainte-Anne.
De la rue de la Hautière à la limite de Nantes avec Chantenay.

Le vieux chemin de Couëron qui s’était appelé Chemin de la Compagnie, rue de la Brasserie, céda à son tour son nom en 1901 pour prendre celui actuel. Mahé François de la Bourdonnais, né à Saint-Malo en 1699, s’est rendu célèbre par son gouvernement des îles de France et de Bourbon. Il mourut en 1753, méconnu de ses contemporains. Son nom, heureusement, a été sauvé de l’oubli par le souvenir que lui donne l’auteur de Paul et Virginie.

La rue, dite Vieux chemin de Couëron, avait été réunie à celle de la Hautière en 1891. C’était le centre d’établissements de corderies, très vastes, auxquelles on accédait par une série de ponts, dont la suppression fut demandée à plusieurs reprises, accordée, puis refusée à nouveau sur l’intervention de la Chambre de Commerce qui craignait voir disparaître tous ces établissements si on avait maintenu l’interdiction.




Rue du Bourget
Premier arrondissement. Paroisse de Saint-Similien.
De la rue de Miséricorde à la rue d’Auvours.

Le nom lui fut donné en 1874, pour rappeler celui de la commune du département de la Seine, rendue célèbre par le combat qu’y soutinrent, le 23 septembre 1870, les marins français dans la guerre franco-allemande.




Rue du Bourgneuf
Premier arrondissement. Paroisse de Saint-Similien.
De la rue Moquechien à la rue Lenôtre.

La rue conduisait au Moulin Gillet, dit un procès-verbal de 1770. Elle s’appela rue Lepautre, puis reprit son nom, qui