Page:Nouvelle cuisinière canadienne, 1865.djvu/152

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
152
CUISINIÈRE

vie, un peu de cannelle, gros comme un marbre de perlasse, et laissez lever une heure près du feu : ensuite vous en jetez par cuillerée dans de la graisse qui bouille.

Crêpes. — On emploie de la pâte à beignets, après avoir fait fondre une once de saindoux environ ; on étend une cuillérée de pâte de façon à couvrir entièrement le fond de la poële ; faites cuire de côté et d’autre, servez très chaud, ayant eu soin de couvrir vos crêpes de sucre rapé au fur et à mesure que vous les placerez sur le plat.

Crêpes communes. — Faites une pâte légère, composée d’œufs, de fleur et de lait, et vous ferez cuire dans une petite poële, avec graisse ou beurre chaud ; sel et muscade peuvent y être ajoutés, et elles peuvent se manger avec sucre et jus de citron. Si les œufs sont rares, vous pouvez faire votre pâte avec de la bière d’épinette, ou avec de la neige propre et un peu de lait ; ce qui remplace facilement les œufs.

Beaucoup de personnes préfèrent le sirop d’érable au citron.

Crêpes d’une autre façon. — Prenez autant de farine qu’il en faut pour huit œufs, que vous pourrez détremper avec une chopine de lait, environ trois onces de beurre fondu, un verre de vin ou d’eau-de-vie ; et l’on peut y ajouter des petits raisins. Cette sorte de crêpes se cuit, comme l’autre, dans la graisse ou dans le beurre.

Crêpes cuites sans beurre et sans graisse. — Battez bien six œufs, que vous mêlerez avec une chopine de crême, un quarteton de sucre, un verre