Page:Nouvelle cuisinière canadienne, 1865.djvu/87

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
87
CANADIENNE.

lez le jambon ; lorsqu’ils sera en pâte, jetez dessus votre chair de lièvre et son foie, ainsi que le foie de veau ; mêlez le tout en pilant de nouveau, ajoutez le lard râpé, mêlez et pilez encore. Lorsque toutes vos chairs seront bien réduites en pâte, vous les assaisonnerez de bon goût, y mettrez des herbes fines, et les délaierez avec une demi-douzaine d’œufs que vous casserez dessus un à un, un bon demiarre d’eau-de-vie et le sang du lièvre, si vous avez pu le recueillir, ce à quoi il ne faut pas manquer. Cela fait, foncez une casserole de bardes de lard, étendez dessus une couche de votre pâte épaisse d’un pouce, puis des lardons de distance en distance sur cette couche, et entre les lardons des morceaux de truffes, et des amendes de pistaches. Recouvrez cela d’une autre couche sur lequel vous arrangerez de même des lardons, des pistaches et des truffes, et ainsi de suite, jusqu’à ce que vous ayez employé la totalité de votre pâte. Vous couvrirez la dernière couche de bardes de lard, puis de papier beurré, et enfin la casserole avec son couvercle ; vous la mettrez au four. Il faut trois heures pour la cuisson du gâteau. Quand vous voudrez le servir, vous ôterez les bardes de dessus ; vous le renverserez sur un plat et ôterez de même les bardes de dessous. Ayez soin de marquer le sens dont il faut l’entamer, pour que l’on coupe les lardons en travers.

Lièvre, manière de le découper. — La partie la plus délicate est le rable, pris depuis l’épaule jusqu’à la naissance des cuisses, ensuite l’os du