Page:Nouvelle cuisinière canadienne, 1865.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


NOUVELLE
CUISINIÈRE CANADIENNE.


APHORISMES

SUR LA SCIENCE DU BIEN VIVRE.

Le coup d’œil bienveillant, l’aimable sourire de la maîtresse de la maison et de sa fille sont l’heureux pronostic d’une cordiale et douce hospitalité.

Savoir faire les honneurs de chez soi, c’est savoir oublier qu’on en est le maître.

Regardez à deux fois avant d’inviter un convive ; mais n’oubliez pas que dès que vous l’avez reçu, il est plus que votre hôte, il est votre ami.

L’administration domestique est la pierre angulaire de la prospérité de la famille.

En cuisine, qui veut la fin veut les moyens : la première règle de la durée du bien vivre consiste dans le maintien de l’équilibre entre le revenu et la dépense.

C’est à une prudente économie qu’il faut demander les moyens d’orner la table d’une parure inusitée, aux occasions où le cœur doit trouver, dans la libre allure du festin, le plaisir d’une douce expansion.