Page:ONU - Résolutions et décisions du conseil de sécurité, 01-08-2004 au 31-07-2005.djvu/178

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


À sa 5185e séance, le 24 mai 2005, le Conseil de sécurité a décidé d’inviter le représentant de la Sierra Leone à participer, sans droit de vote, à la discussion de la question intitulée « La situation en Sierra Leone ».

À la même séance, comme convenu lors de consultations préalables, le Conseil a également décidé d’adresser une invitation au juge Emmanuel Ayoola, Président du Tribunal spécial pour la Sierra Leone, en vertu de l’article 39 du Règlement intérieur provisoire. A sa 5186e séance, tenue à huis clos le 24 mai 2005, le Conseil a décidé d’autoriser son Président à publier le communiqué suivant, par l’intermédiaire du Secrétaire général, conformément à l’article 55 du Règlement intérieur provisoire du Conseil : « À sa 5186e séance, tenue à huis clos le 24 mai 2005, le Conseil de sécurité a examiné la question intitulée “La situation en Sierra Leone”. « Connue suite à la décision prise à la 5185e séance, le Président, agissant en vertu de l’article 39 du Règlement intérieur provisoire du Conseil, a invité le juge Emmanuel Ayoola, Président du Tribunal spécial pour la Sierra Leone, à participer à l’examen de la question. « Les membres du Conseil et le juge Ayoola ont eu un échange de vues constructif. » À sa 5219e séance, le 30 juin 2005, le Conseil a décidé d’inviter le représentant de la Sierra Leone à participer, sans droit de vote, à la discussion de la question intitulée : « La situation en Sierra Leone

« Vingt-cinquième rapport du Secrétaire général sur la Mission des Nations Unies en Sierra Leone (S/2005/273 et Add.l) ».


Résolution 1610 (2005)
du 30 juin 2005

Le Conseil de sécurité,

Rappelant ses précédentes résolutions et les déclarations de son président concernant la situation en Sierra Leone,

Affirmant la volonté de tous les États de respecter la souveraineté, l’indépendance politique et l’intégrité territoriale de la Sierra Leone,

Soulignant l’importance que revêt un appui suivi de l’Organisation des Nations Unies et de la communauté internationale pour la sécurité à long terme et le développement de la Sierra Leone,

Ayant examiné le rapport du Secrétaire général en date du 26 avril 2005 (S/2005/273) et notant en les approuvant les observations que celui-ci y formule au paragraphe 65 sur le calendrier de réduction des effectifs de la Mission des Nations Unies en Sierra Leone (MINUSIL) et aux paragraphes 63 et 64 sur la nécessité d’une forte présence du système des Nations Unies en Sierra Leone après le retrait de la MINUSIL,

Saluant l’action de la Commission Vérité et réconciliation en Sierra Leone et encourageant le Gouvernement sierra-léonais à assurer une large diffusion du rapport de la Commission et de la réaction du Gouvernement à celui-ci,

Se félicitant de l’oeuvre fondamentale accomplie par le Tribunal spécial pour la Sierra Leone, notant que celui-ci apporte un concours capital à l’avènement de l’état de droit en Sierra Leone, et soulignant à cet égard qu’il importe de s’assurer que toutes les personnes accusées par le Tribunal soient déférées à celui-ci afin de renforcer la stabilité de la Sierra Leone et de la région et de mettre fin à l’impunité, et encourageant tous les États à coopérer pleinement avec le Tribunal,