Page:ONU - Résolutions et décisions du conseil de sécurité, 01-08-2007 au 31-07-2008.djvu/201

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Abidjan, M. Boureima Badini, dans la mise en oeuvre de la facilitation, y compris en aidant le Facilitateur, en tant que de besoin et à sa demande, dans l’exécution de son rôle d’arbitrage conformément aux dispositions du paragraphe 8.1 de l’Accord politique de Ouagadougou et des paragraphes 8 et 9 du troisième accord complémentaire ;

14. Décide de demeurer activement saisi de la question.


Adoptée à l’unanimité à la 5820eséance.


Décisions

A sa 5880e séance, le 29 avril 2008, le Conseil de sécurité a décidé d’inviter le représentant de la Côte d’ivoire à participer, sans droit de vote, à la discussion de la question intitulée : « La situation en Côte d’ivoire

« Seizième rapport du Secrétaire général sur l’Opération des Nations Unies en Côte d’ivoire (S/2008/250) ».

À la même séance, à l’issue de consultations entre les membres du Conseil de sécurité, le Président a fait la déclaration suivante au nom du Conseil339 : «Le Conseil de sécurité rappelle qu’il a approuvé l’Accord politique de Ouagadougou334 et ses accords complémentaires.

« Le Conseil se félicite vivement de ce que les autorités ivoiriennes aient approuvé la proposition de la Commission électorale indépendante tendant à oiganiser les élections présidentielles le 30 novembre 2008. Il souligne que cette annonce, à laquelle ont souscrit toutes les parties ivoiriennes, et la signature par le Président Laurent Gbagbo de décrets y afférents constituent un important pas en avant. Le Conseil encourage les parties ivoiriennes à redoubler d’efforts pour tenir cet engagement et invite la communauté internationale à continuer d’apporter son soutien à cette fin.

« Le Conseil rend hommage au Facilitateur, le Président Biaise Compaoré du Burkina Faso, pour les efforts qu’il ne cesse de déployer en faveur du processus de paix en Côte d’ivoire, notamment dans le cadre des mécanismes de suivi et de concertation de l’Accord politique de Ouagadougou. L’appui ainsi donné à l’action du Président Laurent Gbagbo et du Premier Ministre Guillaume Soro, avec l’engagement actif du Représentant spécial du Secrétaire général pour la Côte d’ivoire, M. Choi Young-Jin, a joué un grand rôle pour dégager entre tous les partis politiques un consensus pour tenir les élections présidentielles en 2008.

« Le Conseil réaffirme son appui sans réserve au Représentant spécial et rappelle qu’il reviendra à celui-ci de certifier que tous les stades du processus électoral fournissent toutes les garanties nécessaires pour la tenue d’élections présidentielle et législatives ouvertes, libres, justes et transparentes, conformément aux normes internationales, comme le prévoit le paragraphe 9 de sa résolution 1795 (2008). Il appuie sans réserve, en particulier, les cinq critères-cadres formulés à cet égard par M. Choi et accueillis favorablement par les parties ivoiriennes.

« Le Conseil se félicite de la visite effectuée au Burkina Faso et en Côte d’ivoire par le Secrétaire général du 22 au 24 avril 2008 et juge encourageante la signature par tous les partis politiques, sous les auspices du Secrétaire général, d’un code de bonne conduite pour les élections.

« Le Conseil accueille avec satisfaction le rapport du Secrétaire général en date du 15 avril 2OO8340. Il invite les parties ivoiriennes à mettre à profit le processus des audiences S/PRST/2008/11.

S/2008/250.

193