Page:ONU - Résolutions et décisions du conseil de sécurité, 1953.djvu/9

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


actes de violence résultent souvent de cette situation, et demande au Gouvernement de la Jordanie de continuer à appliquer et de renforcer les mesures qu’il a adoptées pour empêcher ces franchissements;

2. Rappelle aux Gouvernements d’Israël et de la Jordanie l’obligation que leur font les résolutions du Conseil de sécurité et la Convention d’armistice général de prévenir tous actes de violence des deux côtés de la ligne de démarcation;

3. Fait appel aux Gouvernements d’Israël et de la Jordanie pour assurer la coopération effective des forces locales de sécurité;

C

1. Réaffirme qu’il est essentiel, pour réaliser par des moyens pacifiques des progrès vers un règlement durable des questions pendantes entre elles, que les parties se conforment aux obligations que leur font la Convention d'armistice genéral et les résolutions du Conseil de sécurité;

2. Souligne l'obligation qui incombe aux Gouvernements d’Israël et de la Jordanie de coopérer pleinement avec le Chef d'état-major de l’Organisme chargé de la surveillance de la trêve;

3. Demande au Secrétaire général d’étudier avec le Chef d'état-major les meilleurs moyens de renforcer l’Organisme chargé de la surveillance de la trêve et de fournir tout personnel et toute aide supplémentaires que le Chef d’état-major de l’Organisme chargé de la surveillance de la trêve pourrait demander pour l’accomplissement de sa mission;

4. Demande au Chef d’état-major de l’Organisme chargé de la surveillance de la trêve de faire rapport au Conseil de securité, dans les trois mois, sur le respect et l’exécution des Conventions d’armistice général et de formuler dans ce rapport telles recommandations qu’il pourrait considérer comme appropriées, en se référant particulièrement aux dispositions de la présente résolution et en tenant compte de tout accord intervenu à la suite de la requête du Gouvernement d’Israël[1] pour la convocation de la conférence prévue à l'article XII de la Convention d’armistice général conclue entre Israël et la Jordanie.

Adoptée a la 642e séance par

9 voix contre zéro, avec 2 abstentions (Liban, Union des

Républiqnes socialistes soviétiques).


Décisions

A sa 653e seance, le 22 décembre 1953, le Conseil a décidé de remettre au 29 décembre la discussion de la question intitulée « La question de Palestine. — Plainte

  1. Ibid., huitième année, Supplément d'octobre, novembre et décembre 1953, document S/3140.