Page:ONU - Résolutions et décisions du conseil de sécurité, 2000.djvu/96

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


2. Insiste sur le fait que les auteurs d’agressions contre le personnel international au Timor occidental et au Timor oriental doivent être traduits en justice ;

3. Rappelle à cet égard la lettre que son président a adressée au Secrétaire général le 18 février 2000 (S/2000/137), dans laquelle il constatait que de graves violations du droit international humanitaire et du droit relatif aux droits de l’homme avaient été commises et que ceux qui s’en étaient rendus coupables devraient être traduits en justice, et affirme de nouveau qu’il est convaincu que l’Organisation des Nations Unies a un rôle à jouer dans le processus afin de préserver les droits de la population du Timor oriental ;

4. Demande aux autorités indonésiennes de prendre immédiatement des mesures efficaces afin de garantir que les réfugiés qui souhaitent regagner le Timor oriental puissent le faire en sécurité, et souligne la nécessité de mettre en place parallèlement des programmes pour la réinstallation de ceux qui ne souhaitent pas y retourner ;

5. Note que le Gouvernement indonésien a décidé de déployer des unités supplémentaires au Timor occidental afin d’améliorer les conditions de sécurité aujourd’hui alarmantes, mais souligne que les agents du HCR ne pourront pas retourner au Timor occidental tant que leur sécurité ne sera pas garantie de manière crédible, y compris par de réels progrès accomplis sur la voie du désarmement et de la dissolution des milices ;

6. Souligne que l’ATNUTO devrait réagir vigoureusement devant la menace posée par les milices au Timor oriental, conformément à sa résolution 1272 (1999) du 22 octobre 1999 ;

7. Prie le Secrétaire général de lui faire rapport, dans la semaine qui suivra l’adoption de la présente résolution, sur la situation sur le terrain ;

8. Décide de demeurer saisi de la question.


Adoptée à l unanimité à la 4195e séance.


Décisions

A sa 4198e séance, tenue à huis clos le 19 septembre 2000, le Conseil de sécurité a décidé d’autoriser son Président à publier le communiqué suivant, par T intermédiaire du Secrétaire général, confonnément à. l’article 55 du Règlement intérieur provisoire du Conseil : « A sa 4198e séance, tenue à huis clos le 19 septembre 2000 sur la question intitulée "La situation au Timor oriental”, le Conseil de sécurité a entendu un exposé du Gouvernement indonésien.

« Confonnément aux dispositions pertinentes de la Charte des Nations Unies et à l’article 37 du Règlement intérieur provisoire du Conseil, le Président a adressé une invitation à. M. Susilo Bambang Yudhoyono, Envoyé spécial du Gouvernement indonésien, Ministre chargé de la coordination pour les affaires politiques et sociales et la sécurité. « Les membres du Conseil et M. Susilo Bambang Yudhoyono ont eu une discussion franche et constructive concernant la nécessité de mettre en œuvre rapidement et intégralement la résolution 1319 (2000). »

A sa 4203e séance, le 29 septembre 2000, le Conseil a décidé d’inviter les représentants de l’Australie, du Brésil, de l’Indonésie, du Japon, du Mozambique et de la Nouvelle-Zélande à participer, sans droit de vote, à la discussion de la question intitulée « La situation au Timor oriental ».

A la même séance, le Conseil a également décidé d’adresser une invitation a M. Sergio Vieira de Mello, Représentant spécial du Secrétaire général et Administrateur transitoire pour le Timor oriental, en vertu de l’article 39 de son règlement intérieur provisoire. 89