Page:Oligny - Le Talisman du pharaon, 1929.djvu/118

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


XXIII

TROMPÉS


Au trot régulier de leurs chevaux, Sélim et Pierre de Kervaleck se dirigeaient vers l’oasis.

Ils causaient tranquillement, n’ayant aucun soupçon, pas même ce vague à l’âme que l’approche d’un grand malheur fait souvent éprouver.

C’est que, pour avoir des appréhensions au sujet de la sécurité d’Yvaine, Pierre de Kervaleck était trop droit, et Sélim trop amoureux… Ils ne pouvaient s’imaginer qu’on pouvait vouloir du mal à cette délicieuse enfant aux yeux limpides, à l’âme de lys, que tous deux aimaient tant !

Ils avançaient, et leur conversation roulait sur la chasse… Sélim, qui avait chassé le tigre aux Indes avec le fils d’un Rajah, en conta les péripéties à son compagnon, lui mentionnant la battue de la forêt par des hommes à pied, les chasseurs suivant à dos d’éléphant. Il lui dit que parfois le fauve,