Page:Oligny - Le Talisman du pharaon, 1929.djvu/68

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
68
LE TALISMAN

se releva, remonta à cheval et les éperons collés aux flancs de sa bête, il se mit à dévorer l’espace.

Il montait une bête vigoureuse qui, bien qu’Ahmed fût pesant, était capable de rattraper le cheval d’Yvaine, chargé seulement de la légère jeune fille.

Et le traître voyait avec un plaisir de brute, la distance diminuer.

— Si je peux la rattraper assez loin du camp, pensait-il, comme je vais me venger !… Von Haffner sera content, et moi…

Yvaine galopait et s’enfonçait de plus en plus dans le désert… Il lui semblait pourtant qu’elle aurait dû apercevoir les tentes… Elle se retourna et comprit… Un éblouissement la prit… Mais le danger la fit se ressaisir. La pauvre enfant s’était trompée de direction. Au lieu de s’en aller vers l’ouest, tournant le dos au Nil, ayant les Pyramides à sa droite, c’est vers le sud, vers le désert qu’elle galopait, désespérément…

Yvaine se vit perdue… Son cheval faiblissait, son galop devenait inégal, son poil gris était couvert d’écume, et son flanc haletait.

Ahmed se rapprochait… Il n’était plus guère qu’à trois cents mètres de la jeune fille…