Page:Oligny - Le Talisman du pharaon, 1929.djvu/83

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


XVI

JOURS HEUREUX


Le lendemain, sur sa jolie Almée guérie, l’effet de la drogue étant passé, Yvaine fit, en compagnie de Sélim, une longue promenade.

Pour s’éloigner du camp, ils avaient mis leurs chevaux au galop, mais quand ils furent seuls, ils ralentirent leur allure pour causer.

Ils arrivèrent bientôt auprès du Grand Sphynx et mirent pied à terre. Le soleil projetait sur le sable l’ombre de la tête du colosse. C’est à cet endroit que prirent place Yvaine et Sélim.

À leur droite, la grande Pyramide de Chéops profilait son imposante masse. Le ciel était limpide et si beau qu’Yvaine grisée, s’écria :

— Oh ! Sélim, que j’aime votre pays !

Un éclair passa dans les yeux noirs du jeune homme. Il répondit ardemment :

— Moi aussi, Yvaine, j’aime mon pays, je