Page:Orain - Au pays de Rennes.djvu/135

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
109
PORTE MORDELAISE

mais en passant devant l’église Saint-Étienne, nous y entrerons voir les quelques belles œuvres qui s’y trouvent :

Deux statues de Barré, un Christ à la colonne et une Magdeleine au désert. Cette dernière statue a obtenu une médaille d’or à l’Exposition de 1843. Une Sainte-Anne également de Barré et une copie de Saint-Pierre existant dans la basilique de Saint-Pierre de Rome. Un tableau représentant la multiplication des pains par Jourjon, peintre Rennais. Il forme le fond de l’autel de la Providence. Et enfin, aux fenêtres, de très belles verrières exécutées dans les ateliers de MM. Claudius Lavergne et fils à Paris.


LA PORTE MORDELAISE


La porte Mordelaise fut ainsi nommée parce qu’elle conduisait à la paroisse de Mordelles.

C’était par cette porte que les ducs de Bretagne faisaient leur entrée lorsqu’ils venaient se faire sacrer à Rennes. Elle est curieuse comme souvenir historique et comme spécimen de l’architecture militaire au moyen-âge.

On lisait autrefois une inscription sur une pierre placée par hasard au bas de l’un des murs de cette porte, puisque les trois lignes qui s’y trouvaient gravées étaient présentées verticalement.