Page:Orain - Au pays de Rennes.djvu/66

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
48
AU PAYS DE RENNES

Les restes mortels de Bertrand d’Argentré, sénéchal de Bretagne, qui reposaient depuis 1590 dans la chapelle des Cordeliers, furent transférés en 1829, dans la chapelle Sainte-Anne de l’église Saint-Germain. Le nom de d’Argentré est gravé sur une dalle de marbre noir.

L’historien breton banni de Rennes comme ligueur, se retira chez son ami Mathurin Bouan, propriétaire du château de Tizé, paroisse de Cesson, (aujourd’hui dans la commune de Thorigné) où il mourut le 15 février 1590.


SAINT-GEORGES


Après Saint-Melaine, l’abbaye la plus importante fut sans contredit celle de Saint-Georges. C’est ce superbe monument qu’on aperçoit devant soi en sortant de la gare de Rennes et qui porte sur sa façade en grandes lettres de fer : « Magdeleine de la Fayette. »

Alain III duc de Bretagne, voyant sa sœur Adèle embrasser la vie religieuse fonda pour elle, en 1032, un monastère aux portes de Rennes.

L’église de cette abbaye fut dédiée à Saint-Georges.

Le domaine concédé à la première abbesse renfermait des vignes, des champs fertiles, de riches prairies, une rivière poissonneuse avec deux moulins : le moulin de Saint-Hélier qui existe encore sur la