Page:Otlet - Monde - 1935.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 8 —

On voyait aux lueurs des visions funèbres,
S’ouvrir et se fermer la gueule des ténèbres.
Partout apparaissait, à l’œil épouvanté,
La face du néant, faite d’obscurité.
À chaque instant, le fond redevenait la cîme,
Et comme une ruée au-dessus d’un abîme,
Dans cette onde où rampaient les larves des fléaux,
Le monstre Nuit planait sur la bête Chaos.


LA LUTTE UNIVERSELLE.

Tous les éléments de l’Univers s’adonnent en quelque sorte à une lutte sourde et constante. La nature qui paraît dans un état statique, immobile, est une infinité d’atomes ou d’électrons en état d’agitation. Le mouvement brownien ne s’arrête jamais. À l’intérieur d’une cellule close (de manière à éviter l’évaporation), on peut l’observer pendant des jours, des mois, des années. Il manifeste dans des inclusions liquides enfermées dans le quartz depuis des milliers d’années. Il est éternel et spontané.

L’harmonie fine de la nature n’est qu’une relativité en quelque sorte esthétique de nos sens. Elle est une synthèse des forces qui se manifestent dans différents cataclysmes, foudre, tempête, orage volcanique.

L’ÂGE DU MONDE.

L’âge du monde demeure matière à évaluations diverses. Thomson estime l’âge du monde à 100 millions d’années. Herman Klein (astronome) évalue la durée écoulée depuis la solidification de la terre de 200 à 400 millions d’années. Blandet et Vinot l’évaluent à 6 milliards d’années.

Beaucoup de géologues estiment ainsi la durée de différentes époques.

Le primitif 52,000,000 années
Le primaire ou Paleozoïque 32,000,000 »
Le secondaire ou Mesozoïque 14,000,000 »
Le tertiaire ou Cainozoique 3,000,000 »
Le quaternaire 100,000 »