Page:Otlet - Problèmes internationaux et la guerre.djvu/459

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Voici à titre d’exemple quel pourrait être le tableau de ces divers coefficients [1].

1. Population.
xxx11.
En quantité 
  
33
66
100
xxx12.
En qualité 
  
xxxxxx121.
Fécondité (natalité) 
  
03
33
xxxxxx122.
Santé (longévité) 
  
03
xxxxxx123.
Instruction (alphabétisme) 
  
10
xxxxxx124.
Productivité (rendement du blé) 
  
06
xxxxxx125.
Internationalité(commerce extérieur) 
  
11
2. Territoire.
xxx21.
En étendue 
  
17
34
xxx22.
En qualité 
  
xxxxxx221.
Climat (habitabilité) 
  
04
17
xxxxxx222.
Richesses naturelles(mines, forêts) 
  
04
xxxxxx223.
Accessibilité(chemins de fer,
voies navigables, ports)
 
  
09



334. Majorité ou unanimité.


Les décisions à prendre par le parlement, international devraient l’être à la majorité (majorité absolue ou majorité des ) en excluant la nécessité de l’unanimité. Le principe majoritaire est une nécessité. « Pour faire fonctionner un gouvernement libre, dit Bryce, il n’y a

    échelles de proportion. Ainsi, pour le coefficient de la population brute, par exempte (population en quantité, 11), on attribue le chiffre 33 à l’État qui a la population la plus élevée, et, aux autres, des fractions de 33 proportionnelles à leur propre population. Ainsi des autres coefficients.

  1. Autre méthode, en partant de l’idée qu’un corps simple est caractérisé par un nombre proportionnel, son équivalent chimique, on peut attribuer à un État un équivalent international, variable avec le temps exprimé en lustres, Si l’on admet que ce nombre est proportionnel : 1° à la population recensée exprimé en dizaine de millions (pour la France environ) ; 2° qu’il est proportionnel au commerce international, exprimé en milliards de dollars (pour la France environ) ; 3° que ce nombre est inversement proportionnel à la superficie utilisable de l’État, (en prenant pour unité linéaire le mégamètre ou million de mètres on aurait pour la France mégamètre carré.) On peut donc poser : Supposons Pour la France on obtient environ. On déterminerait K par la condition que la somme des équivalents internationaux obtenus pour chaque pays, serait égale au nombre total des délégués ou des voix au Parlement international — La formule ci-dessus est une application au problème de la représentation mondiale de la formule générale dans laquelle entrent tant de lois physiques importantes (lois de la pesanteur, de Mariotte, de l’élasticité, des cordes sonores, de Ohm, de Képler, de Newton, de Laplace, etc.) (J. Voisin).