Page:Otlet - Traité de documentation, 1934.djvu/57

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
54
221
BIBLIOLOGIE

Voici les formules les plus usuelles :

Coquille 44 × 56 
 formule 8,00
Raisin 50 × 65 
 formule 6,10
Jésus 55 × 70 
 formule 5,20
Grand Jésus 56 × 76 
 formule 4,70
Colombier 60 × 80 
 formule 4,15
Grand Colombier 63 × 90 
 formule 3,52

Ex. : La coquille de 8 kilos la rame pèse 8 × 8 = 64, soit 65 grammes au mètre carré. En divisant ce poids de 65 gr. par la formule 6,1, on aura 10 kg. 655 pour la rame de raisin et l’on commandera du 10 kg. 500. On voit combien il est facile de se servir de cette concordance, de ce barème. Le technicien habitué à manier du papier, juge que celui qu’on lui présente est de la force de la coquille 8 kg. la rame. Un coup d œil lui apprendra que ce papier pèse 65 gr. au mètre carré, que la rame raisin correspond à 10 kg. 550. Il commandera du raisin de 10 kg. 500. On sait que le poids de la rame, au kilo, multiplié par 2, donne, en grammes, le poids de la feuille ; le poids de la feuille, en grammes, divisé par 2, donne le poids de la rame en kilos. Une rame de 8 kg. donne 16 grammes à la feuille. La feuille de 20 grammes provient d’une rame de 10 kg.

8. Il y a des formats usuels :

Ainsi, le format ticket.

Le format timbre poste.

On a recherché de meilleurs formats et justifications pour les romans et autres ouvrages portatifs, plutôt destinés à une lecture rapide qu’à une conservation indéfinie.

Par le format du livre, on a cherché le moyen de le tenir d’une main, refermé (lire au lit, en fauteuil, en chemin de fer), plié en deux sans l’abîmer ; on a cherché aussi le moyen de mettre le livre en poche (ex. : les catalogues d’expositions et de musées).

Les formats des photographies n’ont aucun rapport avec le format des publications et répertoires.

Le format cahier scolaire.

Le format a une grande influence sur le coût d’impression. On a calculé que le format coquille imprimé sur deux colonnes donne lieu à un prix d’impression inférieur de plus de la moitié de celui du format roman ordinaire.

Le passé a connu les grands formats, les in-folio. Progressivement, on en est venu aux formats réduits d’aujourd’hui.

C’est Alde Manuce qui, pour faciliter la diffusion de la littérature latine, adopte le format petit in-8°, qu’on n’avait employé avant lui que pour des livres de messe.

Grand ou petit livre. — Ils ont l’un et l’autre des avantages suivant le cas. (Ex. : grand ou petit dictionnaire de langue). Avoir tout réuni en un volume est pratique pour la consultation, mais le volume est lourd, se déplace difficilement et son maniement est plus lent lors de la consultation.

On n’a pas renoncé aux ouvrages minuscules. L’éditeur « Taraporevala de Bombays » publie le Koran, le Bhagavad-Gita, le Khordeh Avesta en petites éditions d’un pouce sur ¾ de pouce, reliées en métal avec verres grossissants.

Il existe une sorte de compétition entre typographes en vue d’établir le livre le plus petit. Les frères Salmin, éditeurs à Padoue, conservent le record avec un volume lilliputien de 10 × 10 × 7 mm. de 208 pages. Il reproduit l’œuvre de Gaedeo à Mme Christina di Lorena (16-16).

L’éditeur Payot publie la Bibliothèque miniature (7 × 10 cm.).

221.3 L’enveloppe du Livre : brochage, rognage et reliure.

Le livre une fois confectionné a trois besoins :

1° que les feuilles n’en puissent être dispersées ; c’est la fonction du brochage ou ligature ;

2° que les pages puissent être lues sans que le lecteur ait à les découper ; c’est la fonction du rognage ;

3° que l’ensemble soit protégé contre les dangers de détérioration ; c’est la fonction de la reliure.

Pour maintenir ensemble les feuilles de documents de n’importe quel format et former ainsi des unités composées de rang successivement supérieur (documents distincts), il y a toute une série graduée de moyens :

1° Place libre en chemise de papier ou carton correspondant à l’unité supérieure (dossier) ;

2° Reliure mobile sous couverture commune et qu’on pourra facilement défaire, soit par perforation et liens (types dits bibliorapthes ou classeurs, anneaux, agrafes), soit par pression latérale (reliure dite électrique).

3° Reliure fixe aux trois degrés : brochage, cartonnage, reliure proprement dite.

Les trois dispositifs décrits ci-dessus (libre, fixe mobile, fixe) ont des avantages et des inconvénients respectifs : a) rapidité d’emploi; b) coût de l’outillage ; c) sûreté contre l’éparpillement ; d) protection contre le frottement et l’usure des feuilles ; e) intercalation continue ; f) espace occupé ; g) aspect extérieur.

3° Broché ou relié.[1]


221.31 Reliure.

1. Fonction. — La reliure peut avoir plusieurs fonctions ou utilités.

a) Garantir, préserver ;

b) Orner, embellir ;

c) Évoquer le contenu. Symboles ;

d) Significative : aider à signifier, comme par ex. : reliure de couleurs conventionnelles ;

e) Rendre plus compacte. Un exemple d’extrême con-

  1. Il paraît maintenant un Annuaire International de la Reliure ancienne et moderne (Jahrbuch der Einbandkunst) von Hans Londbier und Erhard Klette ; Zweiter Jahrgang 1929. Le Dr. Schreiber a proposé un répertoire d’illustrations concernant les reliures.