Page:Ozanam - Œuvres complètes, 3e éd, tome 10.djvu/250

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ments.Ne voilà-t-il pas qu’il se croit un grand homme pour faire le palais! Heureusement l’année s’avance, et j’espère que notre ami ne tombera pas en récidive ; faites vos efforts pour le sauver de sa paresseuse humilité. Présentez mes respects, je vous prie, à M. Bailly. Si vous voyez M. de Kerguelen, chargez-le de dire deux mots d’amitié pour moi aux petits apprentis Marius et Blondeau. Ici tous vos amis vous demeurent très-tendrement attachés mettez au premier rang

Votre dévoué.