Page:Ozanam - Œuvres complètes, 3e éd, tome 10.djvu/447

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sur la côte de Baïa, montrent bien le caractère dominant de l’architecture romaine qui ne fut jamais grande que pour les lieux de plaisir ou les travaux d’utilité matérielle. L’un et l’autre se trouvent réunis au plus haut degré dans le palais de Tibère à Capri, d’où l’œil du tyran pouvait planer en même temps sur les plus délicieux paysages du monde et sur toutes les tentatives de ses ennemis. Mais ces vastes constructions dont tant de restes subsistent encore, et dont les pierres arrachées ont suffi à bâtir la grande église du Gesù, par quels moyens mécaniques ont-elles pu s’exécuter à cette hauteur presque inacessible ? ou plutôt combien de milliers d’esclaves ont versé leurs sueurs pour faire cet asile aux turpitudes impériales ? Telle était la destinée humaine à ce moment où la rédemption se préparait. Et en effet quelques années encore, et l’apôtre touchera au port de Pouzzoles Ces lieux auront leur page dans le Livre sacré à la suite du premier évêque, plusieurs iront mourir l’un après l’autre dans les arènes, où des trappes encore ouvertes laissent voir les cages des bêtes féroces. Nous avons baisé le sol où coula le sang de saint Janvier et de ses compagnons quelques jours auparavant nous étions descendus aux catacombes où furent recueillis leurs ossements. Comme on se sent le cœur serré dans ces galeries sépulcrales, comme on y reconnaît avec une respectueuse joie les rendez-vous sacrés des premiers fidèles, l’emplacement de l’autel