Page:Ozanam - Œuvres complètes, 3e éd, tome 10.djvu/74

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


le projet qu’ils étaient venus soumettre ; on proposa quelques noms, ils insistèrent sur l’état des esprits. Monseigneur leur dit qu’il s’occuperait de leur demande et qu’il croyait que le moment n’était pas loin où la religion sortirait triomphante de la lutte. « Oui, dit-il, j’en ai le pressentiment, quelque chose de grand se prépare, Dieu se ménage une victoire éclatante. » Puis il bénit ces trois jeunes gens, et, les embrassant, avec effusion, il leur dit « J’embrasse en votre personne toute la jeunesse catholique. »