Page:Ozanam - Œuvres complètes, 3e éd, tome 7.djvu/319

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

la même croix veille sur leur cendre. CHARITÉ , AMOUR ENTRE LES HOMMES, et ce précepte fait des martyrs, ce précepte fait les Vincent de Paul, ouvre la main du riche, remplit celle du pauvre, élève les hospices, attache la piété vigilante au lit de la douleur, donne un denier à la veuve, un asile à l’orphelin, un refuge au coupable repentant, détruit les haines, met le prêtre entre les deux ennemis qui brûlent de se déchirer, crée le droit des gens, et place le souverain Pontife comme médiateur entre les princes chrétiens, alors que la discorde a armé leurs bras[1]. Au sein des familles, la loi de paix et d’amour répand les mêmes bienfaits elle bénit l’union conjugale, elle entoure le père de la tendresse et du respect de ses fils, elle parle au jeune enfant par la bouche de sa mère, elle éteint les premières étincelles de la jalousie, elle fait asseoir au foyer domestique le calme et le bonheur. La vie du chrétien est une fête continuelle. Écoutez avec quelle onction, avec quelle grâce la sagesse divine se plaît à tracer ce riant tableau « Réjouis-toi, mon fils, avec l’épouse de ta jeunesse, comme le faon avec la biche qu’il a choisie; que ton épouse soit pareille à la vigne abondante qui suspend ses grappes aux murs de ta maison. ; que tes fils se multiplient autour de ta table, ainsi que les rejetons de l’olivier. Les enfants sont la cou-

  1. Guizot, Leçons d'histoire.