Page:Pailleron - Amours et Haines, 1869.djvu/112

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
103
pangloss.


xli.

L’esquisse est-elle exacte et selon vos désirs ?
Ce crayon rend-il bien notre béatitude ?
Reconnaissez-vous bien nos goûts et nos plaisirs,
Et cet oubli d’autrui, notre plus douce étude,
Et cet oubli de soi qu’on appelle habitude ?
Ô Mélibée, un dieu nous a fait ces loisirs !

xlii.

Laissons les hommes forts dire qu’à notre taille
On nous ajuste un monde et répéter en chœur
Que dans nos passions, que l’on rogne et l’on taille,
Ils voient les tristes ifs de ce triste Versailles,
Qu’enfin les lourds ciseaux de l’intérêt vainqueur
Ont mutilé l’amour, virilité du cœur.