Page:Paine - Théorie et pratique des droits de l homme (1793).djvu/84

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
(81)

opposé, celui d’ôter les droits qu’on auroit sans elle.

    mission, & refusai même toutes les offres pécuniaires qui m’étoient faites par les ambassadeurs de france & d’espagne, m. gerard & dom juan mirallès.

    J’avois alors si completement gagné l’attention & la confiance des américains, j’avois si bien manifesté l’indépendance de mes opinions, que je jouissois, dans la littérature politique, d’une considération à laquelle jamais peut-être auteur n’étoit parvenu dans aucun pays ; & ce qu’il y a de plus extraordinaire, je la conservai sans diminution jusqu’à la fin de la guerre. Je n’en ai encore rien perdu. Comme je n’étois pas l’objet de mes travaux, je les avois entrepris avec la résolution qu’heureusement j’étois disposé à tenir d’être insensible à l’éloge, à la censure, à l’amitié & à la calomnie ; & de ne me point laisser détourner de mon but par des altercations personnelles. L’homme qui ne peut se conduire ainsi, n’est pas propre à soutenir un caractère public.

    La guerre finie, je quittai philadelphie pour me rendre à borden-town, ville située sur la rive orientale de la delaware, où j’ai une petite propriété. Le congrès siégeoit alors à princetown, à quinze milles du lieu où j’étois, & le général washington s’étoit campé à rocky-hill, dans le voisinage du congrès, en vue de donner sa démission d’une place, dont l’objet se trouvoit rempli, & de rentrer dans l’obscurité de la vie privée. Tandis qu’il suivoit cette affaire, il m’écrivit ce qu’on va lire.

    Rocky-hill, 10 sept. 1783.

    J’ai su, depuis mon arrivée ici, que vous étiez à borden-town. J’ignore si c’est par amour de la liberté ou par des raisons d’économie. Que l’un ou l’autre, de ces motifs ait contribué à vous inspirer ce dessein, ou tous les deux ensemble, ou tel autre que je ne puis deviner, si vous voulez venir où je suis, & partager avec moi, je m’en applaudirai infiniment.

    Votre présence rappelera au congrès les services que vous avez rendu à ce pays, & s’il est dans mon pouvoir de les relever à ses yeux, disposez de moi sans réserve, & comptez sur l’empressement & le zèle d’un homme qui sent vivement l’importance de vos ouvrages, & qui se dit, avec beaucoup de plaisir,

    Votre sincère ami,N.
    WASHINGTON.