Page:Paquin - La colonie Canadienne-Française de Chicago, 1893.djvu/7

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



LA COLONIE
Canadienne-Francaise
de
CHICAGO.



1831-93.




Quelle différence présente le Chicago actuel avec le Chicago des Beaubien, en 1831 ! M. Tassé, l’auteur des « Canadiens de l’Ouest, » dit : « Quels bonds prodigieux ! Il a suffi de quelques années pour que Chicago prenne un développement que plusieurs siècles souvent n’ont pu réussir à donner à maintes grandes villes du vieux monde. »

Lors des premières explorations de nos compatriotes, Chicago était occupé par des sauvages de la confédération des Miamis, dont faisaient partie les Illinois.

Il a été visité avant le commencement de ce siècle par des Canadiens-Français, dont les noms suivent : Sieur Jean Nicolet, en 1634 ; Nicolas Perrot, en 1671 ; le Père Jacques Marquette et Louis Joliet, en 1672-74 ; le Père Claude Allouez, en 1675 ; La Salle, en compagnie des Pères Membre et Ribourde, en 1679 ; Durantaye, en 1679 ; Le Mai, en 1696.

Chicago s’appelait Eschikagou, mot en langue indienne ayant la signification de « Puant. »

En 1801, le site de Chicago était encore un marais, une fondrière sur laquelle se trouvaient les huttes grossières d’un certain nombre d’indiens. En 1804, le gouvernement américain y bâtit le fort Dearborn pour tenir en respect les sauvages.