Page:Paradis - Le Temiscamingue a la Baie-d'Hudson BAnQ P134S1D1, 1884.djvu/62

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
62

la moitié de deux cantons décorés des noms patriotiques de Guigues et de Duhamel. Nous espérons avoir bientôt celui de la Grandeur Mgr Lorrain au diocèse duquel appartient ce beau territoire, et qui vient de montrer sa bienveillante initiative en organisant de concert avec sa Grandeur Mgr d’Ottawa une société de colonisation dont les débuts donnent tout à espérer pour l’avenir.

Mais en dépit de si hauts patronages et des efforts réunis de notre population canadienne… Nisi Dominus… si ceux qui, comme vous, Monsieur le Ministre, sont à la tête du Gouvernement d’un pays ne nous assurent tout l’appui de leur puissante influence, c’est, du moins, avec beaucoup de difficulté que nous arriverons à quelque résultat digne de la cause que nous poursuivons, et que vous avez vous-mêmes si grandement à cœur.

Certes, Monsieur le Ministre, ce profond intérêt, vous l’avez déjà amplement prouvé en prenant en sérieuse considération les démarches qui ont été faites auprès de vous, l’an dernier pour faire ouvrir un débouché à la navigation de Lac Témiskaming.

Nous avons tout lieu d’espérer que les Chambres et le cabinet donneront suite à ce projet vraiment digne de fixer l’attention du Gouvernement car il ne s’agit de rien moins que de créer par ce moyen toute une nouvelle Province et d’ouvrir à notre porte un territoire aussi vaste et plus riche que ne l’est tout le Nord-Ouest.

Pour arriver à cet heureux résultat il faudra débourser quelques sommes, mais quand ce serait un million… Est-ce qu’une dépense aussi minime, comparé à celle qu’exigerait un chemin de fer, peut être mise en balance avec les bénéfices incalculables que tout le pays recevrait de l’ouverture de cette superbe région ?

Non, Monsieur le Ministre, cette œuvre est nécessaire, elle est urgente et nous comptons sur Vous.