Page:Pareto - Traité de sociologie générale, volume I.djvu/71

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE PREMIER
Préliminaires.


1. La société humaine est l’objet de nombreuses études. Les unes portent des noms spéciaux ; ainsi le droit, l’histoire, l’économie politique, l’histoire des religions, etc. D’autres embrassent des matières encore confuses, dont la synthèse avec celles qui sont déjà distinctes, vise à étudier la société humaine en général.

On peut donner à ce groupe d’études le nom de Sociologie.

2. Une telle définition est très imparfaite. On pourrait peut-être l’améliorer, mais pas beaucoup ; car enfin, nous n’avons une définition rigoureuse d’aucune science ; pas même des diverses disciplines mathématiques ; et l’on ne peut en avoir, parce que c’est seulement à notre usage que nous divisons en différentes parties l’objet de notre connaissance, et qu’une telle division est artificielle et varie avec le temps. Qui peut dire où sont les limites entre la chimie et la physique, entre la physique et la mécanique ? Que devons-nous faire de la thermodynamique ? La mettrons-nous avec la physique ? Elle n’y serait pas trop mal. Préférons-nous lui faire une place dans la mécanique ? Elle n’y serait pas étrangère ; et s’il nous plaît d’en faire une science distincte, personne ne pourra nous le reprocher. Mais, au lieu de perdre du temps à trouver sa place, ne vaudrait-il pas mieux étudier les faits dont elle s’occupe ? Laissons là les noms ; regardons aux choses.

De même, nous avons mieux à faire que perdre notre temps à chercher si la sociologie est ou n’est pas une science autonome ; si elle est autre chose que la philosophie de l’histoire sous un autre nom, ou à raisonner longuement sur les méthodes à suivre dans son étude. Occupons-nous de chercher les relations entre les faits sociaux, et laissons donner à cette étude le nom qu’on voudra. Peu importe la méthode par laquelle on acquerra la connaissance de ces relations. Le but seul nous importe ; peu et même pas du tout les moyens qu permettent de l’atteindre.

3. A propos de la définition de la sociologie, nous avons dû