Page:Paris, Paulin - Romans de la Table Ronde, tome 1.djvu/235

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
229
LES TROIS FUSEAUX.

devint pour son frère Caïn un objet de haine et de jalousie. Un jour, comme Abel avait conduit ses brebis assez loin du manoir de son père, et près de l’arbre de vie enlevé du Paradis terrestre, la grande chaleur du jour l’engagea à se reposer sous l’ombrage de cet arbre. Comme il commençait à sommeiller, il entendit venir Caïn, et se levant aussitôt : « Soyez le bienvenu, mon frère ! » dit-il. L’autre lui rendit son salut, en l’invitant à se rasseoir ; mais, comme Abel se tournait pour le faire, Caïn, tirant un couteau recourbé, le lui plongea dans la poitrine. Il était né le vendredi, et ce fut un autre jour de vendredi qu’il reçut la mort.

Notre-Seigneur maudit Caïn, mais il ne maudit pas l’arbre sous lequel Abel avait été tué. Seulement il lui ôta sa couleur verte et le rendit entièrement vermeil, en mémoire du sang qu’il avait vu répandre. Il ne produisit plus ni fleurs ni fruits ; nul de ses rameaux ne reprit en terre ; d’ailleurs ce fut le plus bel arbre qu’on put voir.

Tous ces arbres, les blancs, qui étaient nés avant la conception d’Abel, les verts, produits avant le crime de Caïn, et l’arbre vermeil, unique de sa couleur et nommé d’abord arbre de mort, puis arbre de vie, puis arbre d’aide et de confort, tous ces arbres, disons-nous, subsistèrent et ne perdirent leurs vertus ni leur