Page:Paris, Paulin - Romans de la Table Ronde, tome 1.djvu/38

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Gildas ne disent mot de tout cela, et si Geoffroy de Monmouth avait pu lire l’Histoire ecclésiastique d’Orderic Vital, publiée dans le temps où lui-même se mettait à l’œuvre, il n’y aurait encore rien trouvé sur ces rois ni sur ce héros. Cependant il existait un récit bien antérieur à l’histoire ecclésiastique d’Orderic, un récit dans lequel lui, Geoffroy de Monmouth, avait reconnu assurément la plupart de ces mêmes noms, et qu’il avait entre les mains, puisqu’il en pouvait transporter des phrases entières dans son propre ouvrage. C’était cette chronique de Nennius, anonyme dans les plus anciennes leçons, et dans quelques autres attribuée à Gildas le Sage. Malgré la date postérieure des manuscrits (les plus anciens sont du milieu du douzième siècle), il est impossible de contester l’époque reculée de la composition. Elle remonte au neuvième siècle, et, dans son texte le plus sincère, à l’année 857, ou, suivant MM. Perrie et J. Sharp, à 858, la quatrième du règne de S. Edmund, roi d’Estangle. Mais il faut qu’elle n’ait pas été répandue en Angleterre avant le douzième siècle ; car les deux premiers historiens qui l’ont consultée sont Guillaume de Malmesbury et Henri de Huntingdon. Malmesbury lui dut le récit de l’amour de Wortigem pour la belle Rowena, fille d’Hengist, et tout ce qu’il a cru devoir rap-