Page:Paris, Paulin - Romans de la Table Ronde, tome 1.djvu/387

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
380
ADDENDA

pelle ; de crassus, gras et gros, etc. Mais, je le répète, il est à peu près impossible que le calice fermé dans lequel Joseph était censé conserver le sang divin ait d’abord reçu le nom de plat, écuelle ou graal. Ceux auxquels on raconta des premiers la légende du sang conservé demandèrent d’où elle était tirée : Du Graal, leur répondit-on, que l’on conserve à Salisbury, ou à Glastonbury. — Alors le vase qu’on eût hésité à appeler calice fut nommé Graal. Et quand il fallut donner l’explication du mot on imagina qu’il avait été adopté parce que le vase agréait, et venait au gré de ceux qui participaient à ses vertus.




ERRATA.

P. 22, lig. 11. Banchefleur, lis. Blanchefleur.

P. 29, note. Perrie, lis. Parrie.

P. 33, lig. 21. Shap, lis. Sharp.

P. 33, lig. 28. sœur d’Hengist, lis. fille d’Hengist.

P. 38. « Le Brut y Brennined est reconnu par les antiquaires bretons comme la traduction de Geoffroy de Monmouth.» Je regrette d’être obligé d’excepter de ce nombre mon ingénieux et savant ami, M. de la Villemarqué, qui persiste à soutenir toutes les assertions de W. Owen.