Page:Paris, Paulin - Romans de la Table Ronde, tome 1.djvu/70

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


nommé Geoffroy, a reçu le surnom d’Artus, pour avoir décoré du titre d’histoire et présente dans la forme latine les fables imaginées par les anciens Bretons à propos d’Artus, et par lui fort exagérées. Il a fait plus encore, en écrivant en latin, comme une œuvre sérieuse et authentique, les prophéties très-mensongères d’un certain Merlin auxquelles il a de lui-même beaucoup ajouté. C’est là qu’il nous présente Merlin comme né d’une femme et d’un démon incube, et comme étant doué d’une vaste prescience, sans doute en raison de la sainteté de son père ; tandis que le bon sens, d’accord avec les livres sacrés, nous apprend que les démons, étant privés de la clarté divine, ne voient rien des choses qui ne sont pas encore et ne peuvent que conjecturer la suite de quelques événements d’après les signes qui sont à leur portée aussi bien qu’à la nôtre. Il est aisé de reconnaître la fausseté de ces prédictions de Merlin, pour tout ce qui touche aux événements arrivés en Angleterre depuis la mort de ce Geoffroy. Il avait traduit, dit-il, du breton ces impertinences ; en tout cas il les a fortifiées de ses propres inventions, comme il convient d’en avertir ceux qui seraient tentés d’y ajouter la moindre confiance. Pour les événements arrivés avant le temps où il écrivait,