Page:Parran - Romantiques, Pétrus Borel, Alexandre Dumas, 1881.djvu/50

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 38 —

mort de Gaultier d’Aulnay ; 2. Térésa : Delaunay maudissant Arthur de Savigny ; — à droite, 1. Charles VII : Bérengère poussant Yacoub à assassiner le roi ; 2. Antony : scène dernière (Elle me résistait… je l’ai assassinée) ; — en bas, 1. Richard Darlington : Richard traînant Jenny vers la fenêtre ; 2. Henri III : le duc de Guise demandant au roi de reconnaître la Ligue ; 3. Angèle : Alfred d’Alvimar introduit Henri Muller, les yeux bandés, dans la chambre d’Angèle. — Les huit médaillons sont reliés par des sujets fantastiques et allégoriques.

Cette première collection des œuvres dramatiques d’Alexandre Dumas, arrêtée au sixième volume, contient les œuvres suivantes : Henri III, Antony, Christine, Charles VII, Térésa, Richard Darlington, la Tour de Nesle, Angèle, Catherine Howard, Napoléon Bonaparte, Don Juan de Marana et Kean. La couverture du cinquième volume annonce une série de dix vignettes « gravées par les premiers artistes d’après les dessins de M. Louis Boulanger, pour l’ornement de cette édition ; » ces vignettes n’ont jamais paru. L’édition a été reprise plus tard par Passard, éditeur, rue des Grands-Augustins, qui en a publié 4 nouveaux volumes (tome VII, VIII, IX et X, 1846, (imp. de Crété), contenant : Mademoiselle de Belle-Isle, Halifax, Paul Jones, l’Alchimiste, Le Laird de Dumbicky, le Mari de la Veuve, Lorenzino et Caligula.

Les 10 volumes, 70 à 80 fr.


Théâtre complet d’Alexandre Dumas. — Paris, Michel Lévy frères, 1863 à 1874 ; imp. Bouret, puis Lejay, à Poissy. 15 vol. in-12, publiés à 3 fr. 50 le volume.

Seule édition complète. À ce titre, il faut l’avoir.

Elle est assez correcte, mais trop compacte, et peu satisfaisante pour un bibliophile.

Les pièces renfermées dans cette édition sont celles que nous considérons comme étant de Dumas seul ou en collaboration. Nous n’avons pas cru devoir indiquer celles qui ont été attribuées à Dumas sans preuves suffisantes, et n’ont pas été avouées par lui.