Page:Pascal - Oeuvres complètes, II.djvu/56

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
56
DISCOURS

venir agréable ; cependant la disposition du corps y est nécessaire ; mais elle ne se peut acquérir.

Les hommes ont pris plaisir à se former une idée de l’agréable si élevée, que personne n’y peut atteindre. Jugeons-en mieux, et disons que ce n’est que le naturel, avec une facilité et une vivacité d’esprit qui surprennent. Dans l’amour ces deux qualités sont nécessaires : il ne faut rien de force, et cependant il ne faut rien de lenteur. L’habitude donne le reste.

Le respect et l’amour doivent être si bien proportionnés qu’ils se soutiennent sans que ce respect étouffe l’amour.

Les grandes âmes ne sont pas celles qui aiment le plus souvent ; c’est d’un amour violent que je parle : il faut une inondation de passion pour les ébranler et pour les remplir. Mais quand elles commencent à aimer, elles aiment beaucoup mieux.

L’on dit qu’il y a des nations plus amoureuses les unes que les autres ; ce n’est pas bien parler, ou du moins cela n’est pas vrai en tout sens.

L’amour ne consistant que dans un attachement de pensée, il est certain qu’il doit être le même par toute la terre. Il est vrai que, se déterminant autre part que dans la pensée, le climat peut ajouter quelque chose, mais ce n’est que dans le corps.

Il est de l’amour comme du bon sens ; comme l’on croit avoir autant d’esprit qu’un autre, on croit aussi aimer de même. Néanmoins quand on a plus de vue, l’on aime jusques aux moindres choses, ce qui n’est pas possible aux autres. Il faut être bien fin pour remarquer cette différence.

L’on ne peut presque faire semblant d’aimer que l’on ne soit bien près d’être amant, ou du moins que l’on n’aime en quelque endroit ; car il faut avoir l’esprit et les pensées de l’amour pour ce semblant, et le moyen d’en bien parler sans cela ? La vérité des passions ne se déguise pas si aisément que les vérités sérieuses. Il faut du feu, de l’activité et un feu d’esprit naturel et prompt pour la première ; les autres se cachent avec la lenteur et la souplesse, ce qu’il est plus aisé de faire.

Quand on est loin de ce que l’on aime, l’on prend la résolution de faire ou de dire beaucoup de choses ; mais quand on est près, l’on est irrésolu. D’où vient cela ? C’est que quand l’on est loin la raison n’est pas si ébranlée, mais elle l’est étrangement à la présence de l’objet : or, pour la résolution il faut de la fermeté, qui est ruinée par l’ébranlement.

Dans l’amour on n’ose hasarder parce que l’on craint de tout perdre : il faut pourtant avancer, mais qui peut dire jusques où ? L’on tremble toujours jusques à ce que l’on ait trouvé ce point. La prudence ne fait rien pour s’y maintenir quand on l’a trouvé.

Il n’y a rien de si embarrassant que d’être amant, et de voir quelque chose en sa faveur sans l’oser croire : l’on est également combattu de l’espérance et de la crainte. Mais enfin, la dernière devient victorieuse de l’autre.

Quand on aime fortement, c’est toujours une nouveauté de voir la personne aimée. Après un moment d’absence on la trouve de manque