Page:Paul Kane - Les Indiens de la baie d'Hudson.djvu/255

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
241
LES INDIENS DE LA BAIE D’HUDSON.

On dit que pendant le combat la Grande-Corne sortait souvent du retranchement et outrageait les assaillants, criant le nombre d’entre eux qu’il avait détruit, racontant arrogamment ses exploits et détaillant les scalps des Crees qui ornaient sa hutte. Aussi après le combat, les Crees arrachèrent le cœur de son corps encore frissonnant et le dévorèrent sauvagement entre eux.

Je retournai à Edmonton par la même route et de la même manière que pour venir, et comme rien de remarquable ne m’arriva, je supprime les détails de ma route.


CHAPITRE XXIV.


Je restai à Edmonton jusqu’au 12 avril ; et alors, ayant appris qu’une grande bande de Pieds-Noirs devait bientôt visiter la maison de la montagne Rocheuse, située à environ cent quatre-vingts milles au sud-ouest de Edmonton, sur la Saskatchawan, je me mis en route avec une petite troupe de six hommes et environ vingt chevaux, dont dix chargés de marchandises. Les neiges n’avaient pas encore disparu et nos chevaux étaient en fort mauvaise condition ; ils avaient passé l’hiver entier dehors, tous à l’exception de celui que je montais, au demeurant la plus vicieuse bête de la création.