Page:Paul Kane - Les Indiens de la baie d'Hudson.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


terre pour les plaisirs plus vifs qu’ils trouvent dans la chasse. Leurs chasses de bisons sont conduites par toute la tribu, et ont lieu deux fois par an, en juin et octobre ; à ces époques, toutes les familles se donnent rendez-vous dans la plaine du Cheval-Blanc, à vingt milles du fort Garry. La tribu se divise en trois bandes, qui se séparent pour rencontrer les troupes de bisons. Chaque bande emmène environ cinq cents chars traînés par un bœuf ou un cheval ; les métis construisent eux-mêmes ces chars à l’aide de planches de pin qu’ils attachent ensemble par des lanières de cuir, il n’y a point de clous dans le pays. La roue est entourée de peau de bison appliquée humide, et qui en séchant se resserre de manière à durer aussi longtemps que la charrette elle-même.




CHAPITRE VI.


J’arrivai au fort Garry environ trois jours après que les métis l’avaient quitté ; mais comme je tenais à voir une chasse aux bisons, je me procurai un guide, un char et un cheval de selle, et je partis pour rejoindre une des bandes. Nous fîmes le premier jour trente milles et campâmes dans une magnifique plaine semée de roses innombrables. La marche du lendemain fut fort pénible, car notre route traversait un pays marécageux ; nous fûmes obligés de filtrer l’eau que nous