Page:Paul Sébillot - Littérature orale de la Haute-Bretagne.djvu/415

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Additions et corrections.

P. 13. Les Lamignac basques (cf. Cerquand) ont aussi du pain ; mais il est interdit aux hommes de l’emporter.

P. 14, note. Poul veut dire plus habituellement marais que grotte ou trou ; cependant à Loguivy-Ploubazlance, j’ai entendu nommer couramment Poul-ar-Groac’h une véritable houle, dont le voisinage était jadis très-redouté.

P. 23, ligne 6, lire : s’ébériit, au lieu de s’éberit.

P. 27, ligne dernière, lire : Lamignac, au lieu de Lamigna.

P. 31, ligne 11, lire : attribuées, au lieu de attribuée.

P. 52. Ajouter après le deuxième paragraphe des notes : L’épisode du sel se trouve aussi dans la variante de Webster a la suite du Cordonnier et sa trois filles.

P. 54, ligne 8, lire : le Petit Poucet et la Grande Ourse, Paris, Franck.

P. 72. Ajouter : Cf. aussi le Cordonnier et ses trois filles, conte basque de Webster.

P. 86. Aux contes similaires cités, ajouter : Estienne l’habile homme, conte de Bladé (pour les compagnons au sens développé.)

P. 90, ligne 9, au lieu de : « Il est à la connaissance, » lire : « Il est à ma connaissance populaire dans l’Yonne. » — Aux Jean le Diot cités, il faut ajouter : Deulin, les Trente-six rencontres de Jean du Gogué, et Jean Bête, n° 57 des Contes lorrains, dont la septième et dernière partie a paru depuis que le présent livre est sous presse.

P. 161, ligne 10 de la note, ajouter : Errua le Fou, conte de Webster.