Page:Pawlowski-Voyage au pays de la quatrieme dimension - 1912.djvu/119

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
111
LES QUATRE DIMENSIONS DE L’ESPRIT

façon très claire, quelle était la constitution véritable de l’esprit humain. On entrevoyait bien, sans doute, que les idées étaient alimentées par la sensation et que, d’autre part, elles se réfléchissaient sur l’écran de la conscience ; mais tout cela restait dans l’obscur domaine des mots et ne pouvait avoir que la valeur d’une spéculation philosophique.

La constitution de l’esprit humain apparut, au contraire, des plus claires lorsque l’on commença à comprendre que sur terre, en dehors de l’espace à trois dimensions perçu par nos sens, il existait une quatrième dimension grâce à laquelle on pouvait saisir intégralement l’univers.

Cette quatrième dimension, aux premiers âges du monde, ne pouvait être perçue que par l’esprit. Elle fut ce qu’on appela, faute de mieux, la conscience. Grâce à cette notion tout intérieure, l’homme pouvait se faire une idée intégrale de la nature, compléter les notions de l’espace à trois dimensions fournies parles sens, parla quatrième dimension perçue intérieurement, et se former ainsi des idées générales, des vues scientifiques irréprochables de l’univers entier.

Il fallut des siècles et des siècles de recherches pour que cette notion, cependant si simple, se fît jour dans l’esprit humain. On comprenait bien que