Page:Peacock - Anthelia Melincourt T1.djvu/181

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


le dîner, répondit le vieux gentilhomme ; mais je ne le vois jamais dans la matinée, non plus que les autres, excepté mon coquin d’Harry et le docteur Killquick. Après le déjeûner, chacun se sépare et Anthélia court jouir de sa liberté dans la bibliothèque.

— Dans la bibliothèque, s’écria sir Fax, une jeune dame, une beauté, une héritière, dans le dix-neuvième siècle, pense à cultiver son esprit ?

— Cela est étrange ; mais c’est la vérité, répliqua l’écuyer Hippy ; l’on me laisse seul, pauvre invalide que je suis, parcourir le château ; quand je suis assez bien pour faire ma ronde ; ce qui est très-rare, par parenthèse, la bibliothèque est ouverte à quatre heures pour toute la compagnie ; elle s’y réunit avant le dîner, comme il est à peu près cette heure, suivez-moi, et je vous présenterai à ma nièce.